Sélectionner une page

Comment faciliter la maintenance industrielle grâce à l’impression 3D ?

La fabrication additive, plus communément appelée impression 3D, est en train de se généraliser dans toutes les domaines de l’industrie. Cette technologie, déjà utilisée utilisée depuis presque 20 ans pour créer rapidement des prototypes, permet également aux professionnels de la maintenance de réduire considérablement les coûts et de prolonger la durée de vie des actifs obsolètes.

Comment l’impression 3D est-elle utilisée dans la fabrication?

La fabrication additive  consiste à utiliser un fichier 3D pour imprimer un matériau spécifique – comme le plastique, le métal ou même la céramique -, couche par couche, pour former un objet tridimensionnel complet.
 
D’après Stacey Witten, vice-présidente. des relations investisseurs pour 3D Systems, « L’adoption dans le secteur manufacturier est encore balbutiant, mais elle devient de plus en plus courante en tant qu’outil, non seulement pour le prototypage, mais également pour la création de pièces notamment dans l’aérospatiale ou le médical ».
L’avantage principal de l’impression 3D pour les services dédiés à la maintenance tombe sous le sens : créer des pièces de rechange rapidement et à un coût compétitif.
Imaginez que vous soyez responsable de la maintenance dans une usine et que votre tâche du jour est de vérifier la boîte de vitesses d’un moteur qui fait tourner une ligne de production. Malheureusement, l’engrenage donne des signes de fatigue et il n’est plus fabriqué par le fabricant d’origine.
Au lieu de dépenser de l’argent pour remplacer l’intégralité du moteur, vous pouvez imprimer la pièce en 3D à l’aide d’un matériau similaire. Cela prolonge la durée de vie de l’actif et permet à votre entreprise d’économiser des milliers d’euros en remplacement.

La réduction des coûts est un des facteurs les plus intéressants pour l’utilisation de la fabrication additive dans les secteurs de la maintenance.

Quels sont les avantages de l’impression 3D pour la gestion de la maintenance?

On peut donc aujourd’hui imprimer des pièces de rechange pour augmenter la durée de vie des machines. Impressionnant! Si vous n’êtes toujours pas convaincus, voici quelques arguments supplémentaires:
 
  • La réduction des coûts de stockage des pièces de rechange. Maintenir un inventaire n’est pas gratuit. Il peut coûter des milliers d’euro chaque année, rien que pour entretenir une réserve remplie de pièces permettant de réparer des machines. Certaines pièces sont chères et les entreprises doivent simplement garder quelques pièces de rechange sous la main pour éviter les arrêts de chaîne. Ce type de pièces est parfait pour être imprimé en 3D. 
 
  • La réduction des coûts de fabrication. Généralement, une pièce complexe imprimée en 3D est moins chère à produire que celle fabriquée traditionnellement à partir d’une machine à commande numérique. En effet, certaines pièces sont usinées ou découpées dans du métal puis assemblées par soudure, tandis que vous créez une pièce imprimée en 3D en une seule pièce.
 
  • Le sourcing de pièces obsolètes. Si elles sont correctement entretenues, les machines peuvent fonctionner pendant de nombreuses années, voir des décennies. Mais inévitablement, elles vont devenir obsolète et les pièces de rechange peuvent être difficiles ou impossibles à commander. Grâce à l’impression 3D, vous pouvez réaliser la maintenance d’anciennes machines en état de fonctionnement.

Centre d’impression 3D de la marque EOS pour l’impression de grande taille

Nous vous conseillons de vous faire accompagner par un expert indépendant qui saura vous conseiller sur la meilleure technologie à utiliser, car un mauvais choix peut s’avérer désastreux concernant la maintenance.

Problématiques et limitations de l’impression 3D

Ce procédé peut ressembler à une baguette magique. Un coup d’impression, et les problèmes disparaissent. Il n’en est rien, et il faut bien garder à l’esprit que toutes les pièces ne sont pas imprimables en 3D.
 
Les pièces de grande dimensions peuvent s’avérer extrêmement coûteuses. En effet, elles nécessitent une machine de grand gabarit, ou doivent être imprimées en plusieurs morceaux puis assemblés.
 
Il peut parfois être compliqué de trouver des matériaux à imprimer identiques aux originaux. Cela peut être un problème si la pièce doit respecter des normes spécifiques – courant dans le ferroviaire ou l’énergie – ou si le composant ou la machine complète est critique pour la sécurité des biens ou des personnes. Dans ce cas, et afin de ne pas avoir à requalifier complètement le système, il est préférable de réindustrialiser la pièce à neuf et à l’identique.
 
Lorsque géométrie de la pièce est peu complexe, les procédés traditionnels sont souvent plus économiques que l’impression 3D. Il est toujours intéressant de mettre en concurrence plusieurs technologies.
 
 
Dès que les quantités dépassent la centaine de pièces, les des technologies traditionnelles redeviennent compétitives face à l’impression 3D. Il est intéressant de faire un ROI pour valider la rentabilité d’une production en fabrication additive.
 
Il convient donc de bien étudier la question avant de vous lancer dans l’impression de vos pièces détachées. Nous vous conseillons de vous faire accompagner par un expert indépendant qui saura vous conseiller sur la meilleure technologie à utiliser, car un mauvais choix peut s’avérer désastreux concernant la maintenance.

Nos articles les plus récents

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This